chateau d'alba

concerts


Szabadság, un duo de liberté

quand un violon klezmer rencontre une mandoline bluegrass

Ariane Cohen-Adad violon, alto, chant
Jefferson Louvat mandolines , mandola, mandocello

samedi 22 juin 2019 18h

Les musiques traditionnelles recèlent l'âme du monde. Empreintes de son Histoire, merveilleuse ou tragique, elles préservent un héritage, assurent sa transmission au fil du temps.

Le duo Szabadság réunit Ariane Cohen-Adad, violoniste franco-sefarade et Jefferson Louvat, mandoliniste belgo-magyar. Ensemble ils croisent leurs histoires mêlant des musiques d'Europe de l'Est, Klezmer-Balkans, avec celles d'Amérique du Nord, Bluegrass et folk Irlandais.

Szabadsag

Szabadsag www.szabadsag.be/


une saison au chateau

l'année du piano

du 25 juillet au 15 août 2019

musique de chambre


AU SOLEIL ROUGE

Courants exotiques et romantiques

Léo Mariller et Antoine de Grolée

jeudi 25 juillet 2019 20h au salon

Léo Mariller violon
Antoine de Grolée piano

répertoire
Ravel, Kaddisch, Fauré, de Falla

Entrée : 15€ –- Tarif réduit : 12€ (demandeurs d'emploi, étudiants) -- Gratuit - 12 ans

Né en 1995, Léo Marillier, violoniste français, entre à 15 ans au CNSMD dans la classe d'Alexis Galpérine qui reconnaît chez lui «un imaginaire musical capable de sortir du cadre étroit de l'instrument et un refus de confort éphémère que procurent des dons exceptionnels. Léo ne se fixe aucune limite.". Son diplôme de 1er cycle supérieur obtenu avec les meilleures récompenses, Léo rejoint la célèbre classe de Miriam Fried au New England Conservatory à Boston grâce à un full merit award accordé par la fondation Florence Gould : Master de concertiste-soliste en 2015 et Graduate Diploma en 2016 sur la dean's list. Retour sur Paris où la Fondation des Etats-Unis puis la Cité Internationale des Arts lui offrent une résidence artistique. Léo prépare depuis 2017 au CNSMDP son Diplôme d'Artiste-Interprète Création avec Hae Sun Kang et un Master de recherche avec Philippe Graffin (Royal Conservatory de la Haye). A ce parcours académique sans faille s'ajoutent d'autres distinctions : 1er Prix et Prix Spécial Mozart 8ème Concours B. Dvarionas, 1er Prix 6ème Concours Marschner, Prix Spécial Tchaïkovsky 6ème Concours Tchaïkovski (junior) à Séoul, Prix d'Honneur 2014 Concours Bellan, Léo est lauréat de la Fondation Williamson 2014, de Mécénat Musical Société Générale 2015, du Fonds Instrumental Français de 2013 à 2016 et de l'Académie Ravel 2018.

Léo joue comme soliste avec orchestre dès l'âge de 13 ans avec le Wiener-Concert Verein puis est invité comme soliste en Allemagne, Danemark, France, Lituanie, Etats-Unis, Russie interprétant sous la direction de Manuel Nawri, Benjamin Zander, Pierre Roullier, Thomas Rösner… les concertos de Dvorak, Mendelssohn, Tchaïkovski, Glazounov et Beethoven, créant en 2018 à Berlin le Concerto Jouissance de la différence V de Eun-Hwa Cho et interprétant le Concerto op 12 de Kurt Weill sous la direction de Philippe Aïche et l'Orchestre des Lauréats du Conservatoire. Remarqué par la presse : One of today's most exciting young violinists...A creative, thinking musician, Marillier is surely destined to become a major artist of our time. (W. Cole), Léo joue aussi avec l'orchestre philharmonique du New England Conservatory comme violon solo sous la direction de Charles Dutoit et comme chef de section sous la direction de Valery Gergiev avec l'orchestre du Royal Conservatory de la Haye. Son goût pour les musiques du 20ème et 21ème siècle lui valent de participer à de nombreuses productions de 2e2m, l'ensemble Cairn, en Roumanie et à Hambourg avec l'Ensemble Inter-contemporain et de rejoindre comme second violon le célèbre quatuor Diotima pour une tournée en Colombie en 2019.

Léo Marillier

Le Festival de Menton le fait découvrir comme récitaliste (2010), puis Léo est invité par le Festival des Arcs, les jeudis de la Nartelle, le Torroella de Montgri Festival, Classique au Vert, le Printemps Ravel, la saison Jeunes Talents et il joue comme chambriste à Paris à l'Hôtel de Soubise, Les Invalides, Le Petit Palais, Salle Cortot, Reid Hall et à l'étranger : Jordan Hall (Boston), le Muziekgebouw aan't IJ (Amsterdam), Lincoln Center (New York), Gyeonggi, Arts Center (Séoul), Centre National des Arts d'Ottawa, Utopia Hall (Lausanne), Théâtre Alexandrinsky (St Pétersbourg) où ses partenaires comptent Jonathan Bénichou, Antoine de Grolée, Xavier Gagnepain, Eric Crambes, Pierre Henri Xuereb, Emile Naoumoff, Joe Puglia, Irakly Avaliani, Nathalie Dessay, Philippe Cassard. Léo forme un duo avec Alexandre Lory et Takuya Otaki. . Léo et Noé se sont rencontrés dans le cadre de Fest'inventio 2018 et réalise une tournée ensemble dans la Drôme en mars 2019.

Léo vient d'enregistrer un CD consacré au concerto pour violon et orchestre de Beethoven (version inédite d'après le manuscrit de Vienne, objet de la recherche que Léo mène à la Haye) sous la direction de Jacob Bass en septembre 2018 (label Cascavelle) Passionné d'écriture et auteur de nombreuses transcriptions (dont « Réminiscences de Don Juan joué au Club de Harvard), Léo est édité chez Delatour.
Léo joue un violon Nicolas Lupot de 1811 prêté par un mécène anonyme.

Léo Marillier www.leomarillier.com

Antoine de Grolée

Antoine de Grolée

Au croisement des écoles françaises et slaves, Antoine de Grolée remporte en 2007 le 5ème Prix du concours Long-Thibaud. Anne Queffélec décrit ainsi son jeu : "Authenticité, présence, passion".. Né en Picardie, il débute son parcours musical au conservatoire de Saint Quentin avec la pianiste polonaise Irène Kutin, dont il continue de recevoir les conseils par la suite. A l'âge de 17 ans, il intègre la classe de Pierre Pontier au CNSMD de Lyon et en sortira diplômé avec les félicitations du jury. Il complète sa formation auprès de personnalités telles qu'Anne Queffélec, Hortense Cartier-Bresson, Thérèse Dussaut, ainsi que Zoltan Kocsis, Boris Petrushansky et Evgueny Moguilevsky. Antoine de Grolée est lauréat du 1er Prix du concours international Teresa Llacuna en 2005, de la Fondation Banque Populaire, de la Fondation Charles Oulmont et du Prix ProMusicis. Il est invité par des festivals tels que La Roque d'Anthéron, la Folle Journée de Nantes, Les Arcs, Classique au Vert, Chopin à Bagatelle, le Festival de Menton, les Journées Ravel, les Pianos Folies du Touquet… Il joue à la salle Gaveau et à la salle Cortot à Paris, à la salle Molière à Lyon, à l'Auditorium St-Pierre-des Cuisines à Toulouse, ainsi qu'au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, à la Philharmonie de Vilnius, au Teatro Marcello à Rome, au Printemps des Alizés à Essaouira, au Festival du Prince des Asturies, au Festival Mozart de Johannesburg, en Russie, Autriche, Argentine...Il est soliste avec divers ensembles dont l'Orchestre philharmonique de Sofia dans le concerto n°2 de Brahms, l'Orchestre de chambre de Moldavie, l'Orchestre de l'Opéra de Varsovie, ainsi qu'avec l'Orchestre National de France salle Pleyel à l'occasion du Concours Long-Thibaud. Chambriste passionné, Antoine de Grolée partage des concerts avec Svetlin Roussev, Tedi Papavrami, Eléonore Darmon, Léo Marillier, Hildegarde Fesneau, Laurent Cabasso, les quatuors Girard et Akilone… Il a sorti en 2016 un enregistrement avec la violoncelliste Julie Sévilla-Fraysse (Folklore chez Klarthe) et fait également partie de l'Ensemble Gustave, un quatuor avec piano à géométrie variable. Diffusé sur Medici.tv et sur France Musique, il est depuis 2014 le directeur artistique des Moments musicaux du Tarn.

Antoine de Grolée antoine-de-grolee.com

Entrée : 15€ –- Tarif réduit : 12€ (demandeurs d'emploi, étudiants) -- Gratuit - 12 ans

Mozart à Vienne

Fantaisie et sonates pour violon et pianoforte

Nicole Tamestit et Pierre Bouyer

jeudi 1er août 2019 20h au caveau

Nicole Tamestit violon
Pierre Bouyer pianoforte

Entrée : 15€ –- Tarif réduit : 12€ (demandeurs d'emploi, étudiants) -- Gratuit - 12 ans

Tamestit et Bouyer

Nicole Tamestit et Pierre Bouyer forment un duo violon et piano depuis une trentaine d'année, ce qui leur confère une homogénéité et une souplesse souvent remarquées et louées. Tous deux ont eu des trajets comparables, d'abord virtuoses de leurs instruments traditionnels, puis explorant les mondes plus anciens du violon baroque et du clavecin, avant de se centrer sur le répertoire et les instruments de la période dite classique, c'est-à-dire le violon tel que l'ont connu Mozart, Beethoven et Paganini, et le pianoforte, nouvel instrument qui se crée à cette époque et va évoluer très rapidement entre 1770 et 1850, avant d'évoluer plus lentement vers le piano actuel.

Plusieurs CD, bien reçus par la critique ponctuent ce parcours artistique :  Sur des instruments d'époque (…), la violoniste Nicole Tamestit et le pianofortiste Pierre Bouyer font des miracles de poésie, d'intelligence partagée et de sensibilité accordée (…) Ils suivent avec allégresse et sensibilité les pleins et les déliés avec un sens de la ligne et de la pulsation qui n'a rien à envier à Goldberg/Lupu (Decca), voire Grumiaux/Haskil, dans une interprétation moderne

Revue DIAPASON

Le programme est emblématique de leur art : présenter des oeuvres très connues (l'une des grandes dernières sonates de Mozart, et la sonate Le Printemps de Beethoven) dans des perspectives sonores et une manière de jouer proches de l'époque de création, mais aussi redécouvrir dans les bibliothèques d'Europe des œuvres oubliées de cette heureuse période musicale - dans le cas de ce programme, une sonate du tchèque Jan Ladislaw Dussek, le premier grand pianiste international, 50 ans avant Chopin, et une évocation de la musique hongroise, aux racines de l'art de Franz Liszt et du répertoire tzigane.

Entrée : 15€ –- Tarif réduit : 12€ (demandeurs d'emploi, étudiants) -- Gratuit - 12 ans

Nicole Tamestit www.nicoletamestit.com
Pierre Bouyer pierrebouyer.com

Si Schumann m'était conté

L'univers intimiste, fantasque et passionné du musicien poète

Karine Grosso

récital de piano

jeudi 8 août 2019 20h au salon

Karine Grosso

répertoire
Robert Schumann Sonate en si mineur (31 minutes)

La musique est un langage universel, celui des émotions, celui qui se passe de mots et qui, par essence, défie les lois du temps et de l'espace. Pourtant, à travers les siècles, la vibrations des mots, leur sens, leur portée, leur musique même n'ont cessé d'inspirer les musiciens jusqu'à se mêler parfois très intimement à la beauté des œuvres musicales.

Cette soirée, hommage à Robert Schumann, musicien et poète par excellence, illustre cette idée.

La littérature et la poésie sont omniprésentes dans son œuvre et tout particulièrement dans son opus 16, les Kreisleriana, suite de danses dans laquelle sont déclinées les différentes facettes de Kreisler, personnage imaginaire, singulier, inquiétant, drôle, touchant créé par E.T.A Hoffmann dans son son œuvre du même titre.
Une suite de 13 écrits pour l'un, une suite de 8 danses pour l'autre, qui, au delà de la beauté des genres, nous parle du genre humain dans ce monde fantasque qui leur est commun.

L'autre œuvre de cette soirée, est la profonde et puissante lettre d'amour musicale qu'est la Fantaisie opus 17 en do majeur, soit en C, Comme Clara, la destinataire de ce long cri du cœur. Elle y est présente en filigrane tout au long des 3 mouvements que Schumann dédiera à Franz Liszt. Schumann nous parle ici d'amour, celui la même qui crée, insuffle l'enthousiasme et parfois même, la folie.

Musicienne passionnée et curieuse, Karine Grosso mène son parcours au fil des rencontres qui la rapproche de sa quête : le partage d'une musique authentique, généreuse, libérée et vivante.

De son jeu, on dit qu'il est pensé et élégant, qu'il évoque les feux d'artifices et de chaudes couleurs orchestrales, qu'il est tendre et puissant à la fois.

Un parcours qui, du conservatoire de Grenoble au conservatoire supérieur de musique de Lugano, en Suisse italienne, lui permet de se former auprès de maîtres tels que Christian Bernard, Jeanine Collet, les frères Capuçon, Bernard Commandeur, Edson Elias, Nora Doallo, Martha Argerich et Marcos Peregrini, lui permettant ainsi d'élargir et d'enrichir la conception et les différentes techniques de son art et, par la suite, les pratiques de son métier, notamment la direction d'orchestre.

Sa passion, son engagement pour la musique et sa soif de découvertes l'amènent à se produire en France et à l'étranger comme soliste, en musique de chambre (festival d'Alba la romaine, Lugano, festival Sainte Marie d'en bas…) mais aussi lors de spectacles et projets originaux, associés à la danse, au théâtre, au flamenco ou encore à la chanson.

Par ailleurs, depuis 2010, elle transmet cette passion lors de stages de piano au cours desquels elle partage son expérience pianistique mais aussi la façon dont elle utilise le kundalini yoga qu'elle pratique depuis 2005 avec Gabriel Roche.

En 2011, elle crée et dirige le Festival de Piano en Trièves qui devient un rendez-vous artistique, musical et humain, fédérateur, audacieux et riche, mêlant pianistes amateurs et professionnels de tous horizons.

En 2018, en parallèle à sa carrière de musicienne, elle crée MusiKale, association et école dédiée au piano.

Musicienne passionnée et curieuse, Karine Grosso mène son parcours au fil des rencontres qui la rapproche de sa quête : le partage d'une musique authentique, généreuse, libérée et vivante.

De son jeu, on dit qu'il est pensé et élégant, qu'il évoque les feux d'artifices et de chaudes couleurs orchestrales, qu'il est tendre et puissant à la fois.

Un parcours qui, du conservatoire de Grenoble au conservatoire supérieur de musique de Lugano, en Suisse italienne, lui permet de se former auprès de maîtres tels que Christian Bernard, Jeanine Collet, les frères Capuçon, Bernard Commandeur, Edson Elias, Nora Doallo, Martha Argerich et Marcos Peregrini, lui permettant ainsi d'élargir et d'enrichir la conception et les différentes techniques de son art et, par la suite, les pratiques de son métier, notamment la direction d'orchestre.

Sa passion, son engagement pour la musique et sa soif de découvertes l'amènent à se produire en France et à l'étranger comme soliste, en musique de chambre (festival d'Alba la romaine, Lugano, festival Sainte Marie d'en bas…) mais aussi lors de spectacles et projets originaux, associés à la danse, au théâtre, au flamenco ou encore à la chanson.

Par ailleurs, depuis 2010, elle transmet cette passion lors de stages de piano au cours desquels elle partage son expérience pianistique mais aussi la façon dont elle utilise le kundalini yoga qu'elle pratique depuis 2005 avec Gabriel Roche.

En 2011, elle crée et dirige le Festival de Piano en Trièves qui devient un rendez-vous artistique, musical et humain, fédérateur, audacieux et riche, mêlant pianistes amateurs et professionnels de tous horizons.

En 2018, en parallèle à sa carrière de musicienne, elle crée MusiKale, association et école dédiée au piano.

Entrée : 18€ -- Tarif réduit : 15€ -- Gratuit - 12 ans

Karine Grosso www.karinegrosso.com

Une soirée avec Chopin

Valses, polonaises, mazurkas

Vittorio Forte piano

jeudi 15 août 2019 20h au salon

Vittorio Forte

répertoire :
Frédéric Chopin

Entrée : 20€ -- Tarif réduit : 10€ (demandeurs d'emploi, étudiants) - Gratuit - 12 ans

Vittorio Forte www.vittorioforte.com